Texte: 

  • Elodie Lavigne

Photos: 

  • Julien Gregorio

L’école à l’hôpital, un horizon au-delà de la maladie

Les jeunes patients hospitalisés bénéficient d’un suivi scolaire individualisé, assuré par l’une des quatre enseignantes de l’Hôpital des enfants. Grâce à cet accompagnement, le lien avec l’école n’est pas rompu.

« Je n’aime pas trop l’école, mais là je suis content de sortir de ma chambre pour aller dans la salle de classe de l’hôpital », confie Loris, 10 ans. Depuis le début de l’année, il est hospitalisé aux HUG à cause d’une infection à la jambe. Tous les après-midi – sauf le mercredi –, il reçoit la visite de l’une des quatre enseignantes de l’Hôpital des enfants. Ensemble, ils font les devoirs envoyés par sa maîtresse. Car même à l’hôpital, l’école continue. « Nous faisons en sorte que tous les enfants restent scolarisés malgré la maladie, et de favoriser au mieux leur retour à l’école. Nous créons le lien entre les soignants, les parents et l’école », explique Claudine Charles Chatelain, qui s’occupe à elle seule des élèves du secondaire I et II de l’hôpital, tandis que ses collègues se chargent des enfants en âge primaire.

Un suivi personnalisé

Chaque début de semaine, elles parcourent les différents services de pédiatrie pour savoir quels patients auraient besoin d’un suivi scolaire. Cette prestation s’adresse en effet à tout enfant ou adolescent hospitalisé, entre 4 et 19 ans, quels que soient ses capacités, son parcours scolaire (ordinaire ou spécialisé) et sa situation (pathologie, handicap, etc.). L’aide peut être très ponctuelle (les devoirs) ou s’étendre à plus long terme selon la durée du séjour ou en cas d’hospitalisations fréquentes, comme pour Mylène qui souffre d’une maladie chronique : « Nous la voyons à chacune de ses hospitalisations depuis qu’elle est à l’école primaire. Elle est aujourd’hui en 10e année », relate Magdalena Peral, enseignante spécialisée aux HUG. Si le séjour se prolonge, les enseignantes prennent contact avec les référents scolaires de l’enfant pour faire un point sur son programme et ses besoins spécifiques. « Les parents peuvent vraiment s’appuyer sur nous, cela représente pour eux un grand soulagement », précise Claudine Charles Chatelain. Les enfants malades qui restent à la maison et ne se rendent en pédiatrie que pour un contrôle ou un traitement, bénéficient quant à eux d’une prise en charge à domicile, organisée par le Département de l’instruction publique (DIP). A la maison ou à l’hôpital, les élèves peuvent en outre recevoir l’aide d’un répétiteur lorsque c’est nécessaire.

Apprentissage et évasion

Aucune semaine ne ressemble à une autre, ce qui exige, de la part des enseignantes, beaucoup de souplesse et de créativité. L’enseignement se fait en chambre ou en classe, sous forme individuelle ou en groupe. Le français et les maths sont la priorité, mais d’autres matières sont aussi abordées au gré des besoins. « Parfois on applique le programme, parfois l’enfant, déprimé par sa maladie, a besoin d’autre chose. Alors, on écrit des poèmes ou on raconte des histoires, pourvu qu’il puisse s’évader de sa chambre par la pensée », décrit Barbara Marquis, enseignante spécialisée. Ce jour-là, elle s’occupe simultanément de deux enfants africains, opérés aux HUG grâce à des accords humanitaires. Ibrahima, 4 ans, n’est jamais allé à l’école. Ils ouvrent un cahier de vie qui racontera son séjour à l’hôpital, à l’aide de photos et de dessins. « G-A-M... », Gamalielle, 9 ans, s’entraîne de son côté à écrire les lettres de son prénom.

Le temps consacré à chaque enfant dépend de son état de santé et de la disponibilité de l’enseignante. Pour certains, l’école représente une contrainte supplémentaire, « pour d’autres, c’est une façon de se raccrocher à la normalité », conclut Magdalena Peral.

l'école à l'hôpital
l'apprentissage à l'hôpital

Texte: 

  • Elodie Lavigne

Photos: 

  • Julien Gregorio
Partager
En savoir plus

Mots clés: 

Pratique

L’école à l’hôpital a lieu tous les après-midi de la semaine dès 13h30, sauf le mercredi et durant les vacances scolaires.

Pour tout renseignement : 022 372 47 96 ou Ecole-A-LHopital@edu.ge.ch

Autres articles

Agenda juillet aout septembre 2018
juillet 2018
André Koller
Collaborer pour les patients
juillet 2018
Bertrand Levrat - Directeur général des HUG et Pierre-François Leyvraz - Directeur général du CHUV
Junior: ma copine est végétarienne
juillet 2018
Elodie Lavigne